PEUT-ÊTRE NADIA

ANNE-SOPHIE MERCIER/PASCAL REVERTE

RÉSUMÉ

Synopis

Jeux Olympiques, Montréal, 1976. La gymnaste Nadia Comaneci s’affranchit de la pesanteur. Personne n’avait jamais eu la note parfaite. Depuis elle n’est plus gymnaste, elle est Nadia. La légende de Nadia. Celle de son corps que le monde entier semble vouloir posséder dans un même désir. Qui se dissout dans l’imaginaire des milliards d’autres corps qui le regardent en mondovision. De son corps que les Ceausescu pensent avoir créé. Une galaxie de sensations, de paroles et de personnages que les cinq interprètes se distribuent avec une savoureuse liberté, à partir de La Petite soviétique qui ne souriait jamais. Une hypothèse poétique, peut-être Nadia.

Durée: 1H10

Aucun événement trouvé !
Afficher plus

NOTE

Du metteur en scène

La légende de Nadia. Celle de la perfection. Et du chaos aussi. Celui de son corps de fillette qui lutte contre sa féminité comme une maladie. De son corps qui réalise ce qu’un corps n’est pas censé réaliser. De son corps que le monde entier semble vouloir posséder dans un même désir. Qui se dissout dans l’imaginaire des milliards d’autres corps qui le regardent en mondovision. De son corps que les Ceausescu pensent avoir créé, avec l’air, l’eau et la Roumanie. De son corps qui ne s’écroule jamais, contrairement au mur de Berlin et au rêve américain. Le corps de Nadia est unique. Politique, il raconte la fin d’un siècle où l’on a cru que le corps des femmes se libérerait, où l’on n’aurait jamais cru que le bloc de l’Est puisse se libérer, où l’on n’a pas voulu voir à quel point le libéralisme s’était libéré. Son corps, resté figé dans la suspension parfaite d’une évolution olympique. Des ingénieurs désireux de communiquer avec une éventuelle vie extra-terrestre ont envoyé dans l’espace ces images de Montréal comme une preuve de la beauté absolue. Ce corps absent à lui-même et dérivant vers l’infini.

Pascal Reverte

TÉLÉCHARGEMENTS

Dossiers et images

ACTUALITÉS

Autour du spectacle

Pour tout renseignement :
|
François Carricano (chargé de diffusion) |
Carine Ekon (chargée de production) |
Ludovic Michel (directeur des productions) |

DISTRIBUTION

Participants et partenaires

D’après une idée originale d’Anne-Sophie Mercier
Texte : Anne-Sophie Mercier, Pascal Reverte
Conception et mise en scène : Pascal Reverte.
Collaboratrice artistique : Fanny-May Mayjili
Scénographie : Jane Joyet
Réalisation films d’animation : Olivier Pont
Création musicale et sonore : Antoine Sahler
Lumières : Léandre Garcia Lamolla
Jeu : Olivier Broche, Aude Léger, Nicolas Martel, Elisabeth Mazev, Vincent Reverte

Une production RB|D Productions & Le tour du Cadran
Coproduction : Théâtre du Beauvaisis – Scène nationale (Beauvais), La Manekine – Scène intermédiaire des Hauts-de-France (Pont-Sainte-Maxence), Le Palace (Montataire), Théâtre Jean Vilar (Saint Quentin)

Festival d’Avignon 2020

DIFFUSION

Décor et Régie

Equipe :
5 interprètes
1 régisseur
1 administrateur
1 metteur en scène

Voyages / Hébergement / Repas :
8 chambres
7 voyages SNCF
1 camion de transport décors
Repas, petits déjeuners, catering pour 8 personnes

Observations techniques :
Arrivée du technicien à J-1 au plus tard + prémontage et l’équipe artistique accompagnée de l’administrateur à J

Plateau :
Hauteur souhaitée : 6m
ouverture souhaitée : 8m
profondeur souhaitée : 10m

Share
...

This is a unique website which will require a more modern browser to work!

Please upgrade today!