Archives de Nadia Comaneci – Le corps en mouvement

Nadia Comaneci – 1976 poutre et barres assymétriques

Elle s’envole pour les Jeux de Montréal en tant que favorite, au même titre que les Soviétiques Olga Korbut et Lyudmila Turischeva.

Les Jeux ne sont ouverts que depuis deux jours au Canada quand Nadia affirme son autorité. Engagée dans l’épreuve par équipes, son passage aux barres asymétriques est tellement surprenant, précis, gracieux et, en l’occurrence, parfait que le public en reste bouche bée. Même le tableau d’affichage semble légèrement dépassé par les événements puisqu’il indique 1.00, en raison du nombre insuffisant de chiffres prévus pour lui décerner correctement son 10.00.

 

1976, épreuve gym au sol

Nadia Comaneci débuta en gymnastique à l’âge de six ans, devenant l’une des premières élèves de l’école fondée par l’entraîneur Béla Károlyi. En 1975, à 13 ans, Comaneci remporta l’or dans chaque épreuve aux Championnats d’Europe à l’exception des exercices au sol.

Un an plus tard, à Montréal, elle devint la première gymnaste de l’histoire olympique à obtenir la note parfaite de 10.0 pour sa performance aux barres asymétriques. Plus jeune médaillée olympique de l’histoire, toutes disciplines confondues, elle décrochera ce 10.0 parfait à six autres reprises.

1980, épreuve gym au sol

Aux Jeux Olympiques de 1980, elle remporta sa quatrième et sa cinquième médaille d’or mais termina deuxième dans le concours multiple derrière la Russe Yelena Davydova. Comaneci se retira de la compétition un an plus tard, mettant ainsi un point final à un palmarès de neuf médailles olympiques. En Roumanie, la dictature se fait de plus en plus oppressante et les conditions de vie se détériorent ; faim, froid et pénuries sévissent. Se sentant menacés par le régime, Béla et Márta, les deux entraîneurs de Nadia Comaneci, profitent de leur séjour pour prendre la fuite et ne pas rentrer. A son retour, Nadia est étroitement surveillée par la Securitate, la police politique.

1980 épreuve de la poutre

En 1980, lors des Jeux de Moscou, alors que la Roumanie, sous régime communiste, est dirigée d’une main sanglante par Nicolas Ceausescu, la jeune athlète répète ses prouesses en conservant son titre à la poutre et en partageant la médaille d’or au sol avec la Russe Nellie Kim.

Share
...

This is a unique website which will require a more modern browser to work!

Please upgrade today!